My Bag 0 items - 0,00€ 0

Un désordre collectif est la somme d’actions individuelles…

Un désordre collectif est la somme d’actions individuelles. Mais une conscience collective n’est pas l’addition de consciences individuelles !

Gilles Gandy

Tout est interconnecté, et nous le savons fort bien. Mais en a-t-on pris la réelle mesure? S’il nous apparaît évident que les désordres mondiaux proviennent bien de l’addition de nos comportements individuels, la conscience obéit-elle aux mêmes lois mathématiques?
Apparemment non ! Un état de conscience n’est pas qu’une quantité, il se traduit aussi par un rayonnement qualitatif (a). Or, ce rayonnement est contaminant. Par exemple, lorsque nous sommes en présence d’un être éveillé, notre propre conscience en est ébranlée. C’est ainsi que des maîtres spirituels peuvent continuer à enseigner longtemps après leur disparition terrestre (Cf. les paraboles du Christ, les Sutras de Bouddha, les sentences Taoïstes, etc.).
Que dire alors de la situation actuelle ? Les désordres mondiaux s’accroissent, les problématiques semblent insolubles, les instances collectives sont impuissantes. Il reste la seule solution que nous puissions tenter : celle de changer individuellement. Mais changer quoi ?
– Les comportements : certes, il faut bien en passer par là, et les informations ne manquent pas en ce domaine. Le discours écologiste est passé dans le grand public, et c’est tant mieux. Mais nous restons dans l’addition : faudra-t-il attendre que tout le monde change de comportements pour arrêter la machine infernale ?
– La conscience : passons à la table de multiplication ! Si une personne change de conscience, c’est tout l’Univers qui en est impacté. Pourquoi ? Parce que l’Univers EST une conscience.
Comment pratiquer ?
Le problème n’est pas de faire, mais surtout d’être ! Or, comment “être” sans passer à une dimension spirituelle ? Actuellement, bien peu de voix s’élèvent pour mettre en avant cette dimension. Il suffit pourtant de ramener les problématiques actuelles à leur dimension humaine. Il ne s’agit pas de “sauver la planète” ni de “sauvegarder la race humaine”, mais bien de prendre conscience que l’Humain EST la planète et ses composantes.
Ce sera pourquoi une multiplication des consciences pourra changer très rapidement le collectif.

(a) Aspect qualitatif : consulter cette vidéo pour en savoir plus