Cette phrase de Jung, citée dans la revue REFLET N°37 d’octobre 2020, prend toute sa signification avec l’épisode de “folie mentale” que nous traversons depuis début 2020…
Pour mémoire, c’est ce que nous annoncions dès le 17 mars dans cette vidéo:

La solution s’impose : il nous faut apprendre à traiter les pollutions mentales et apprendre à nous protéger des influences psychiques collectives!