My Bag 0 items - 0,00€ 0

Harmonisation Habitat Habitant

Une harmonisation expliquée pas à pas

Rose sonne la cloche à l'entrée de la maison
Étape N°1 : Faire une demande

Toute harmonisation commence toujours par une demande faite à l’univers.
“Demandez… et vous recevrez”
Ici, la demande est résumée par : “Maison de maître avec piscine et jardin d’été à vendre”

La personne verbalise sa demande
Étape N°2 : Partir de l’extérieur

La personne verbalise sa demande : sa maison n’est toujours pas vendue et la nouvelle demeure est déjà en vue. Tout est bloqué depuis 2 ans. L’objectif de l’harmonisation est donc de débloquer cette situation.
NB : Le mari n’est pas présent, mais il est aussi demandeur de messages susceptibles de débloquer la situation.

La demande faite, Rose suit les baguettes coudées qui vont indiquer différents messages symboliques.

Étape N°3 : Les messages en dehors de la propriété

La demande faite, Rose suit les baguettes coudées qui vont indiquer différents messages symboliques.
Tout ce qui est détecté avant le portail concerne symboliquement des problématiques d’incarnation de la personne harmonisée, le bâtiment symbolisant le corps.
Premier message : la boite à lettres, ou “la boite à l’être” en langage des oiseaux. La personne évoque un blocage dans un vieux fonctionnement. Le couple a même dû se séparer momentanément car ils étaient en buttée… C’est la symbolique d’un enfermement de leur âme dans un vieux schéma, puisque ce symbole est avant l’entrée dans la propriété, donc avant la naissance! C’est du “karma” à dépasser.
Intégration sur la zone.

Tout ce qui est explicité pendant l’harmonisation doit être digéré et intégré par la personne, avant de pouvoir passer à un autre message.

Les baguettes coudées positionnent Nyima le dos à sa propriété. Énergétiquement, cela repousse donc les acheteurs.
De plus, les propriétaires sont dans le “mauvais sens” pour accéder à leurs envies personnelles et leur réalisation. Ils regardent vers le passé et non vers leur incarnation future (nous sommes encore devant la propriété). On pourrait dire qu’ils n’ont pas la main sur leur vie, leur corps…

Les baguettes coudées montrent le pilier droit.
C’est le position du mari, son bras gauche en appui sur le pilier (le solide). C’est comme s’il avait beaucoup expérimenté et créé des choses dans la matière (il est chef d’entreprise). Mais au lieu d’entrer de face, il est en travers, sans voir où il va : il n’a pas la vision de son plan, de sa mission d’âme.
Le bras droit en arrière signe un manque de direction en lien avec son âme et sa réalisation spirituelle. Mais cela parle ici de son âme, de ce qu’il a bien expérimenté, mais qui n’est plus d’époque.

Il y a une information énergétique de “paranormal” (pas normal) à nettoyer.
Le message doit lui être transmis : le mari doit passer à une réalisation en lien avec son âme, sinon cela crée ce “pas normal” qui sépare les choses, les gens , les couples et serre la gorge en empêchant l’expression personnelle.
Cela crée aussi de la zizanie dans les relations…
Évidemment, cette énergie déstructurante peut bloquer les acheteurs éventuels !

Les baguettes coudées poursuivent les messages en allant pointer cette fois le pilier gauche.
Souvent, les harmonisations habitat habitant font travailler un membre du couple, puis l’autre. En effet, il y a presque toujours des effets miroirs entre eux, ce qui explique que les harmonisations sont bien plus pertinentes quand les deux sont présents !
Ici, c’est la même chose pour Nyima qui, à l’opposé, est contre le pilier de gauche.
Ce que l’on voit chez l’autre est aussi en nous… Elle doit elle aussi intégrer cette prise de conscience.

Elle a le bras droit bloqué sur le pilier : elle a beaucoup forcé dans sa vie, travaillant comme un homme. Elle a fait trop de choses et trop vite.
Son bras gauche en arrière est dirigé vers le passé. Il ne s’est pas encore mis au service de sa créativité personnelle et de son âme. Ainsi, elle a beaucoup fait pour les autres, mais pas pour elle.
Les baguettes coudées la positionnent contre le pilier pour qu’elle puisse intégrer le message.

Étape N°4 : le territoire

Une fois ces prises de consciences effectuées, la limite de propriété se révèle alors au centre du portail et dans le bon sens.
Les âmes peuvent “entre dans le corps”.

NB : ce type de travail peut se faire régulièrement, car il est bon de revisiter les blocages inconscients que les âmes vivent en entrant dans le corps. Ces prises de conscience successives changent notre perception de la Vie, et du coup, les choses coulent mieux…

Test de l’entrée : c’est ok, sans pollution apparente (sinon, le territoire ne se serait pas ouvert).
Remarque : nous avions déjà harmonisé cette maison quelques années auparavant, mais la vente n’était alors pas au programme. Par ailleurs, les pollutions de lignées ou autres avaient été nettoyées lors de soins. Le travail que le couple a fait depuis des années, surtout depuis leur séparation et leurs retrouvailles paisibles, a porté ses fruits.
Tant que les deux n’étaient pas dans le bon sens d’incarnation, en disant oui à leurs polarités et tant qu’ils n’étaient pas au service de leur réalisation d’âme, ils ne pouvaient pas accéder à leur terrain / corps.

Étape N°5 : Les messages sur le terrain

Les baguettes coudées mettent Nyima le dos au local de gymnastique.
En fait, c’est un positionnement le dos aux vélos et autres objets pour forcer le corps. Le message va dans la continuité de ce qui précède : ce n’est plus l’époque de forcer le corps, car à l’automne de sa vie, il faut récolter paisiblement les fruits de ses expériences.
Nyima est bien d’accord. Elle avait même verbalisé qu’elle souhaitait mourir à 70 ans “pour ne pas vivre avec un corps moins beau”. Tout cela n’est plus d’époque non plus. Elle efface symboliquement cette phrase, pour accepter la vie et ses cycles dans leur totalité.

Souvent, lors d’une prise de conscience importante, les baguettes coudées organisent alors un “soin” pour aider la personne à intégrer. On peut décrire ces soins comme des “soins énergétiques”, ou aussi comme des “soins symboliques”, puisque les deux sont vrais. L’âme comprend le symbole, mais il faut aussi que les corps énergétiques enregistrent cette information.
Ici, les baguettes coudées l’entourent pour qu’elle intègre cette nouvelle conscience et accepte vraiment les cycles de la vie!

Les baguettes coudées pointent une statue de Bouddha.
En fait, ce n’est pas la statue, mais ce sont les écharpes qui sont montrées.
Nyima dit : “elles mettent le féminin en valeur”.
Pour elle, il est temps d’accepter le potentiel de la vie qui s’est manifesté dans un corps de femme. Elle doit le valoriser, et laisser tomber le “je suis comme un mec !”
Quand elle était plus jeune, elle faisait la course en moto pour “griller les hommes”… L’harmonisation lui propose de revenir à sa polarité naturelle.
NB : il est plus facile de vendre une maison en étant dans un féminin attractif que dans une forme de compétition masculine !

Étape N°6 : la porte de la maison, le territoire du corps

Ce test est très important. Si la porte ne s’ouvre pas, cela symbolise que la personne n’a pas accès à son corps. Cela peut être dû à des envahissements inconscients, comme des entités, des âmes errantes, etc.
Les baguettes coudées vont devant la porte d’entrée et marquent par une fermeture qu’il y a bien un territoire. Rose teste en frappant trois coups au sol : la baguette s’ouvre à droite mais pas à gauche. Les baguettes coudées s’ouvrent complètement si on enlève son mari absent pour l’harmonisation..

Explication: cela concerne apparemment son mari, mais cela concerne surtout Nyima qui est présente. Son conjoint est la projection de sa part masculine.
Les peurs réciproques bloquent et empêchent la vie de couler dans leurs corps. Le féminin de Nyima ne peut attirer le nouveau s’il n’est pas en contact interne avec son masculin.
Un homme se positionne dans le dos de Nyima pour l’aider à intégrer ce masculin et la loi. La vie coule et on ne doit pas l’arrêter par nos peurs.
L’ouverture des deux baguettes coudées à l’entrée permet de valider que c’est maintenant ok pour Nyima.

Étape N°7 : Les messages dans la maison

Premier message à l’intérieur : les baguettes coudées pointent une statue dont la main droite est cassée. Elle n’a donc symboliquement pas la direction. Cela concerne Nyima.


Comme pour l’extérieur, les messages se succèdent pour induire un changement de conscience chez les habitants.
Ici, on voit que l’harmonisation habitat habitant insiste pour que Nyima intègre son féminin attractif qui va lui permettre d’avoir un masculin interne, alors qu’elle a toujours cherché à exprimer un masculin “mental” en imitant les hommes.

Les messages sont suivis d’une prise de conscience puis d’une correction. Cette correction peut se faire par un acte symbolique ou par un soin directement aux baguettes.

Ici, Nyima doit recoller la main droite pour redonner la direction au vrai masculin dans son couple, son mari. Elle s’adresse ainsi en même temps à son masculin intérieur.
Le masculin n’est pas du registre d’un passage en force, mais plutôt un guide sur son chemin de vie.

Intégration du message symbolique.

Lorsque la personne fait ce genre de “rite”, c’est comme si elle le faisait réellement dans son corps. En effet, le cerveau ne fait pas de différence entre une situation réelle, une situation imaginée, symbolique, virtuelle, etc.

Les baguettes coudées permettent de mesurer l’efficacité du rite. Rose mesure le “cent pour cent”.

C’est une convention qui fait ouvrir les baguettes coudées jusqu’à ce qu’elles viennent contre les bras.

Les baguettes coudées indiquent une suite. Nyima doit allumer une bougie. Le feu symbolise le masculin qu’elle doit allumer et révéler en elle.

Ce” qui guide les baguettes coudées propose souvent des rites ou actes symboliques afin d’aider les personnes à ancrer leurs changement de conscience. Difficile d’ailleurs de définir “Ce” qui guide les baguettes coudées ! L’Invisible est impossible à nommer. Il ne reste que des hypothèses : le chakra, les mains? Certains évoquent l’inconscient collectif, Dieu, le hasard, etc. Reste une certitude issue des expériences: il s’agit d’une “Intelligence” !

Tout est miroir et ce qu’elle voit à l’extérieur est aussi en elle ! Dans sa construction personnelle d’Ennéagramme, Nyima n’avait pas accès à sa source d’envies. elle ne percevait pas ses besoins et s’oubliait pour les autres.
Nyima met la bougie devant son cœur pour que cette lumière vienne révéler le masculin en elle. Elle pourra vivre son chemin de vie en lien avec son âme, et non plus dans le besoin d’un autre pour être guidée. Ce jeu peut cesser: le couple peut s’épauler en prenant chacun sa place.

Étape N°8 : les points spirituels

Les baguettes coudées indiquent le point spirituel féminin dans la cuisine. Il se situe entre le plan de travail et l’évier et son arrivée d’eau. L’eau symbolise le nettoyage. Nyima se relie à la puissance de son féminin dans sa zone sexuelle.

Les points spirituels sont au nombre de 3, miroir de la trinité. Il y a:
– le point féminin;
– le point masculin;
– le point de l’âme du lieu.

Le point féminin est relié aux femmes et à la femme du foyer. Il est en général dans la cuisine, symbole du ventre de la femme, là où elle fait “sa cuisine” les bébés). L’endroit dans la cuisine est hautement symbolique lui aussi… Quelquefois, pour des femmes “guérisseuses”, Les baguettes coudées indiquent la cave, un endroit sombre qui symbolise le féminin profond, la vierge noire…

Les baguettes coudées pointent le robinet, lui proposant de faire un rituel avec l’eau : elle peut “se laver les mains” de son vieux fonctionnement. L’eau coule pour nettoyer toutes ces vieilles mémoires de disputes qui ont blessé son âme. Dans le monde de l’âme, il n’y a pas la place pour un retour en arrière ou une rancœur.
C’est du temps et de l’énergie perdue qui empêche de passer au nouveau. Le rituel est complété par une “remise de dettes à son mari”. Rose mesure avec les baguettes coudées le cent pour cent du nettoyage.

Les baguettes coudées filent en direction le salon.
Après le point féminin, elles vont indiquer le point masculin qui se situe devant la cheminée.

Le point spirituel masculin est souvent symbolisé par la cheminée ou un poêle dans le salon. Le masculin est ouvert vers le ciel, symbole du cosmique (la cheminée est la seule ouverture d’une maison sur le haut). Lorsqu’il n’y a pas de cheminée, le point se révèle souvent au centre du salon…

Le point masculin est devant la cheminée principale, dans le salon. Nyima peut y intégrer le masculin, les lois de la vie. Pour ce nouveau départ, il faut changer de direction, ne plus se retourner et « radoter » des rancœurs. C’est comme une remise à zéro et un nouveau départ.
La Loi de la Vie, c’est du nouveau en permanence!

Puis les baguettes coudées indiquent le canapé pour que Nyima s’y installe.
“Quand l’eau s’arrête de couler, elle peut se poser et s’éclaircir. Les choses sont alors plus claires”.
Nyima doit prendre le temps d’écouter la vie et les messages pour se laisser guider.
Elle intègre ce positionnement nouveau pour elle.

Retour au rez de chaussée vers la porte d’entrée où les baguettes coudées battent fortement et régulièrement.
Il s’agit du “point de vie” qui se dévoile à la fin d’une harmonisation, lorsque la personne a intégré les messages de la vie.

Ce troisième point est aussi appelé “âme du lieu” ou “esprit du lieu” en feng-shui. Il se situe en général tout de suite après l’entrée de la maison (celle utilisée par les habitants). Ce point relie les âmes entres elles et fait aussi le lien avec l’extérieur, le reste du monde.

Nyima est positionnée sur le point de vie pour se relier à lui et pour que sa maison intègre tous les changements de conscience effectués depuis le début de l’harmonisation.
Elle peut aussi se relier à l’univers qui va de même entendre ses changements de conscience.

NB : il est ainsi possible de communiquer tant à l’intérieur de soi (sa maison) qu’à l’extérieur (l’univers) à partir de ce point énergétique.

Gratitude partagée !

Les battements réguliers sur le point de vie indiquent en général que l’harmonisation est finie. D’ailleurs, les baguettes coudées amènent alors les intervenants… à leur voiture !

Étape N°9 : tester les chambres !

Il est important de tester les chambres d’une habitation avant de quitter les lieux. En effet, il s’agit de l’endroit de l’intimité, du lieu où les âmes passent du jour à la nuit, de la conscience dans un corps à la conscience dans l’esprit.
Quelquefois, des pollutions ici sont “oubliées”, inconscientes. Il vaut mieux vérifier ce point !

Dans les chambres au premier étage, les baguettes coudées détectent la présence d’une âme qu’il faut aider à partir.
Cela peut être le symbole de ce qui n’était plus d’époque chez ce couple (quelque chose de mort) et qui les empêchait de passer au nouveau. Le haut symbolise la tête, le mental / menteur…

Résultat : 15 jours plus tard, un couple contacte nos vendeurs. La visite les enchante, le compromis est vite signé et 8 mois après, la maison est définitivement vendue.

La paix qui s’installe peut aider à l’élaboration de projets communs nouveaux et enrichissants !